Hommage à Bacchus

 

            « 9 heures du mat, j’ai des frissons, je claque des dents et… »Bon, ça va je sais j’ai un peu pompé sur un standard des années 8O pour faire mon intro, n’empêche, il faisait froid ce matin du dimanche 23 novembre lors de nos retrouvailles au PETRUS CAFE .

            Thème de la journée le «  Beaujolais primeur », pas moins de 26 membres présents, tous en bécanes malgré les frimas, tous… Et non, et ce sera dit et répété, les «  d’jeuns » ont du sang de navet dans les veines, comprenez notre Jean Mi avait laissé sa belle «  Speed Triple » au garage et Aurélie notre bientôt « Catherinette » se planquait dans une voiture, certes de marque Honda, mais dans une caisse quand même.

 

   

 

 

 

            Les vieux briscards étaient quand à eux tous là, Marco le roi de la cascade en tête et « Gérard Roger Rabbit » malgré la fatigue du à une petite nuit étaient près à dévorer les kilomètres et à déguster avec force les productions de nos vignerons des terres beaujolaises.

            Notre chevronné Dom Ducat nous ayant signalé la présence de verglas à certains endroits, c’est par la nationale que, prudence oblige, nous nous sommes rendus à l’entrée de Villefranche où Fab and Co nous attendaient pour nous réchauffer d’un café bienvenu.

 

 

            Là, Jacky, nouveau venu « sympathoche » nous entraîna dans des routes sinueuses à souhait pour arriver à Jarnioux, terre des Pierres Dorées où son neveu nous fit un accueil royal avec machon et dégustations de très haute qualité.

 

    

 

            Déjà repus, nous avons repris la route pour foncer au boulodrome où Daniel,«  mon pote de 30 ans » et sa charmante épouse Marie nous accueillirent à bras ouvert pour…Un machon …Des dégustations de primeur et Chiroubles…des échanges fructueux entres membres et autochtones.

 

 

 

            Contact ! Moteur ! On repart, c’est Dom qui ouvre le bal, direction VILLIE MORGON chez Patricia et Jacky Grollet, au cœur de leur vignoble d’exception.

            A L’arrivée, tout le monde se rue sur le musée personnel de nos hôtes, « Ducat, Truimph, Norton, Kawa, Maico… », N’en jetez plus la cour est pleine, les photos avec Phil Read, Agostini sont là, les affiches de «  Sire » superbes, les anciens sont aux anges, AH ! « C’était un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître … », Bon, v’là que ça me reprend, allez on enchaîne, superbe bâtisse, pot au feu maison, comme et même mieux qu’à la maison diront certains, le bonheur est au milieu des vignes !!!

 

   

 

 

 

            Ca rigole, ça chambre, ça vit, le CARPE DIEM quoi, JR et son épouse, César qui découvrent le club sont aux anges, la relève des anciens est assurée, l’ ESPRIT, le vrai est bien là en cette journée du 23 novembre à la fin de cette huitième année de partage.

Accolades chaleureuses, certains retourne à leurs feux de cheminée mais le gros de la troupe a envie de se défouler un peu, direction les cols tout près.

            Ca enchaîne les virages, ça soigne les courbes, tout le monde est serein, malgré les agapes tout le monde a été raisonnable et seule la neige qui commence à tomber drue nous encourage à rejoindre notre lieu de retrouvailles hebdomadaires après avoir effectué une pause photo au pied de la Roche de Solutré belle comme tout sous les giboulées ! (On atteint des montagnes de romantisme dans ce club !)

 

 

            Snake nous offre le pot de l’amitié et chacun regagne ses pénates en se promettant c’est juré, que l’on nous y reprendra très vite car vraiment «Carpe Diem, Quam minimum credula a postero », il n’y a que cela de vrai.

 

 

El presidente, Gé